En plus d’aspects relatifs à la politique économique et de la santé, de nouvelles connaissances sur les avantages et inconvénients de diverses méthodes de dépistage du cancer du col de l’utérus rendent souhaitable de réévaluer les examens de dépistage de ce type de cancer.

  • Jusqu’à présent, le dépistage pratiqué en Suisse est opportuniste, le plus souvent basé sur une méthode cytologique.
  • Le dépistage opportuniste présente des problèmes économiques et de politique de la santé : d’une part, l’accès de certains groupes de population vulnérables n’est pas assuré, d’autre part, il y a un risque de prise en charge excessive d’autres groupes de population.
  • Il existe de nouvelles méthodes de dépistage de types de papillomavirus humains à haut risque (hrHPV) proposés pour le dépistage du cancer du col de l’utérus, éventuellement à la place de l’analyse cytologique du frottis.
  • En 2018, la « US preventive services task force » (USPSTF) a examiné les bases factuelles de manière à comparer les avantages et les inconvénients de diverses méthodes de dépistage du cancer du col de l’utérus et a ensuite publié des recommandations.
  • En mars 2018, la Société suisse de gynécologie et d’obstétrique (SSGO) a publié de nouvelles recommandations de dépistage du cancer du col de l’utérus.

Documents
Scoping Report HPV Screening 20191024