La décision d’étudier le dépistage du cancer du poumon repose sur la lourde charge de morbidité de la maladie, les débats actuels à ce sujet dans notre pays et à l’étranger, ainsi que les nouveaux éléments de preuve issus d’études portant sur les bénéfices du scanner thoracique à faible dose (« low-dose CT » ou LDCT).

  • Avec environ 4500 diagnostics et 3200 décès par an, le cancer du poumon est l’un des cinq cancers les plus fréquents en Suisse et la cause de décès par cancer la plus fréquente.
  • D’autres pays discutent également l’opportunité de recommander le dépistage par LDCT. Aux Etats-Unis, la « US preventive services task force » (USPSTF) a déjà formulé une recommandation.
  • Il existe des études de bonne qualité sur le dépistage par LDCT : en plus des résultats d’une étude américaine, on attend prochainement les résultats de l’étude européenne NELSON.
  • La thématique est actuellement intéressante du point de vue de la politique de la santé.

Documents
Invitation à soumettre une offre pour un rapport de scoping jusqu’au 10 juillet 2019